Affichage des articles dont le libellé est Australie : Northern Territory. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Australie : Northern Territory. Afficher tous les articles
Messages  précédents Messages suivants Accueil

lundi 5 septembre 2011

Uluru - Kata Tjuta National Park : une merveille !


Après 450 km de route après Alice Springs "in the desert", au sud ouest, nous arrivons enfin aux abords du parc. Durant le trajet, nous verrons un dingo :





Près de l'Uluru - Kata Tjuta National Park :


Pressentant que l'hébergement ne sera pas une sinécure à l'intérieur des limites du parc, nous recherchons un site de camping sauvage. Bingo : une piste étroite s'enfonce dans le bush. Nous nous engageons avec le 4x4 et nous trouvons à environ 500 m de la route un endroit tout indiqué pour passer la nuit dans le silence et l'isolement de l'outback
Je ne suis pas loin d'être le seul à me sentir bien... Il est vrai qu'il ne faudrait pas être malchanceux et se faire piquer par un reptile venimeux. L'Australie accueille en effet en son sein les reptiles venimeux parmi les plus dangereux au monde. Mais bon, qui vivra verra. Mais c'est justement le problème !
Nous assisterons à un coucher puis un lever de soleil somptueux sur le bush dans le silence et la quiétude. Un vrai bonheur.





Bon les témoignages de la présence humaine et de son manque de respect vis-à vis de son milieu ne sont jamais très loin...




On devine au loin dans la brume, les silhouettes de l'Uluru et des Kata Tjuta :



Après un dîner qui a plus nourri les oiseaux les plus courageux que nous (casserole de nouilles renversée par terre) et une nuit dans le silence, nous repartons et franchissons les limites du parc. 

Ayers Rock Resort :


Première étape, trouver où dormir car l'affluence est manifeste. Pas le choix, ce sera à Yulara, en bordure du parc. Nom à consonance aborigène pour l'"Ayers Rock Resort". Il s'agit ni plus ni moins que d'un petit village artificiel planté en plein désert. Village qui sert à entasser (c'est le mot) tous les touristes venus contempler le fameux monolithe
Les Australiens ont créé un parc national qui regroupe l'Uluru, le rocher si connu et les Monts Olgas qui se trouvent à une trentaine de km et qui ont pour nom aborigène les "Kata-Tjuta" (beaucoup de têtes). Voilà pour la localisation. 
La cogestion du parc avec les Aborigènes se passe paraît-il de manière harmonieuse avec à terme pour les natifs la récupération de leur patrimoine sacré.


Etant donné que le camping sauvage est interdit dans le parc, nous allons la mort dans l'âme prendre un emplacement dans le Resort : horreur et damnation ! C'est pire que Disneyland, tout le monde est entassé. Pour 50 dollars, on a le droit à un emplacement bétonné au milieu de la cohue. On se croirait dans une stabulation bovine.
Bon, faisons contre mauvaise fortune bon cœur. "Je ne vous jette pas la pierre, Pierre", on est là pour le voir ce caillou ! 

Sunset on Ayers Rock :


Coup d'œil rapide à la montre, c'est l'heure du sunset (coucher de soleil pour les nuls). Alors on suit la longue procession de véhicules des vacanciers ayant eut la même idée originale qui se dirige vers les emplacements spécialement aménagés pour contempler le coucher du soleil. Serait-on dans un parc d'attraction ? Tout ce que j'abhorre ! Mais quelle idée ! Et encore il paraît qu'on est en basse saison !...
Bref, on finit par trouver une place et on observe nos voisins les australiens : tout le monde sort sa table, ses chaises, l'apéro, il manque plus que le BBQ... C'est un show avec comme stars, l'Uluru et la course du soleil. Et on attend patiemment ! On attend quoi ? Ben que le soleil se couche !!
Nous sommes encore entourés de deux couples de retraités, charmants avec lesquels on entame la discussion. Bla bla bla... On s'échange les appareils photos. Clic clac c'est dans la boîte ! Ils offrent des bonbons aux enfants, miam miam miam ! Incroyable cette ambiance, au milieu du désert, face à un des plus beaux rochers du monde ! 
Je tente de m'isoler de cette foule bruyante pour tenter de ressentir la magie du lieu. Et oui, l'Uluru est un rocher sacré pour les Aborigènes. Peine perdue : le survol de l'icône australien par les  avions et hélicoptères plein de touristes aisés, la route juste derrière le parking soumise à une circulation dense rendent l'ambiance beaucoup trop bruyante pour espérer un quelconque échange. Ici, le silence ne se fait que lorsque les humains dorment... Les humains qui représentent sans aucun doute l'espèce animale la plus bruyante sur Terre !

Alors on se rabat sur le spectacle malgré tout inoubliable : le changement de couleur du rocher. Quand le soleil commence à se coucher, dardant de ses derniers rayons la masse rocheuse, la magie opère. L'Uluru passe par une multitude de dégradés de rouge, d'orange, d'ocre. Le show est magnifique. 
On ne regrette pas les centaines de km. On en gardera un souvenir impérissable. C'est tout simplement somptueux, une merveille de la nature ! 
Allez on oublie Mickey et Philippe (du Puy du Fou) et on grave ces images bien fort dans nos petites têtes : 




Après une nuit en stabulation, nous retournons voir Uluru, bien sûr ! Nous faisons quelques unes des petites randonnées autour qui permettent de s'en approcher. C'est alors que l'on prend la pleine mesure du bidule : monolithe de grès rouge, vieux de 600 millions d'années, d'une circonférence de presque 10 km et d'une hauteur de 350 m ! 
Les photos ne rendent pas la majestuosité de ce rocher. À son pied, on se sent bien petits. 
Les couleurs sont encore une fois extraordinaires. Le contraste entre le ciel bleu éclatant et le rocher rouge, orange est tout simplement sublime !


Les balades autour de l'Uluru :


Plusieurs randonnées ou balades sont possibles autour de l'Ayers Rock 

Mutuijulu Walk :


La balade "Mutuijulu Waterhole" d'environ 1 km AR soit ¾ d'heure qui permet depuis le parking côté sud d'Uluru d'arriver en bordure d'un trou d'eau creusé dans le grès rouge et alimenté en eau en permanence dans la Katju Gorge :









Mala Walk :


La balade "Mala Walk" d'environ deux km AR soit environ 1h. Cette balade suit un sentier qui démarre du point de départ de l'ascension de l'Uluru. Les Aborigènes Anangu demandent d'ailleurs instamment aux visiteurs de ne pas escalader l'Uluru et ce faisant de respecter leurs croyances... Ceux qui s'arrogent ce droit prennent le risque de chutes en cas d'humidité : certaines sections sont très pentues et donc dangereuses. 
Cette balade passe devant des grottes sacrées (interdites d'accès et interdiction de les photographier) dont certaines avec des peintures rupestres ancestrales. 
Le long du sentier , quelques panneaux expliquent les droits et coutumes du clan aborigène des Mala : c'est le tjukurpa ou droit Anangu selon lequel désobéir à la loi de la Terre est lourd de conséquences. Une des règles de ce droit est de ne pas expatrier le sol et les rochers du site au risque de devenir la cible de malédictions. Nombreux sont les "voleurs" d'ailleurs qui renvoient leur rapines par courrier pour échapper au mauvais œil. Si ces croyances peuvent aider à préserver l'intégrité du site, c'est une bonne chose !






Kata Tjuta :


L'après-midi, on reprend le campervan pour se diriger vers les Monts Olgas ou Kata Tjuta que l'on voit d'Uluru à environ trente km à l'ouest. Plus on s'approche et plus on est sous le charme. Une trentaine de dômes rocheux se côtoient en plein bush, c'est très rond, très doux !
Sous des dehors moins massifs,  il est pourtant plus haut que son voisin : le Mont Olga qui est le plus haut des Kata Tjuta dépasse l'Uluru de 200 m avec 546 m.





Walpa Gorge Walk :


On décide de faire la petite randonnée de 2.6 km qui s'enfonce dans la "Walpa Gorge". Il fait 30 °C et on éclusera 4 litres en 1h ! En plein été, quand la température dépasse 40° C, les Rangers recommandent de boire 1 à 2 l d'eau toutes les heures et par personne. Une citerne d'eau est d'ailleurs placée au départ des sentiers. 
La balade "Walpa Gorge Walk" est splendide et s'enfonce dans la Walpa Gorge baignée de soleil à cette période de la journée où l'axe de la gorge et le soleil sont alignés. On retrouvera nos voisins retraités de coucher de soleil de la veille qui vienne eux du sud de l'Australie en voiture.
En fait, on a beaucoup aimé (et peut-être même préféré) les Kata Tjuta à l'Uluru. Tout aussi beaux et bien moins populaires... :





Vraiment un endroit de toute beauté ! Nous avons passé dans ce parc une fabuleuse journée.
Mais nous décidons de ne pas y dormir : les prix ( plus de 2 € le litre de sans plomb tout de même, 10 € la carte postale par exemple) et la foule régnant dans le village risqueraient de tout gâcher ! 

Le départ :


Il nous faut maintenant retraverser tout le parc en sens inverse car il n'y a qu'une entrée et sortie. Ceci nous permet de voir l'Uluru sous d'autres angles :





On sort alors du parc et une vingtaine de km plus loin, on reprend la piste qui nous ramène au campement de nos rêves. Avec une vue magnifique plein Ouest, le bush à perte de vue rien que pour nous, ou comment achever une aussi belle journée. Assis à contempler le soleil rougissant à l'horizon... Un regret, nous ne voyons pas d'animaux sauvages, sniff. Même pas la queue d'un kangourou, notre petit spécialiste animalier est un peu déçu. Alors où êtes-vous les kangourous ???


Cette expérience en vidéo :



A bientôt pour le King's Canyon et les Mac Donnell Ranges, en passant par la Meerenie Loop, une piste réservée aux 4x4, où la GO du voyage s'est....éclatée en conduisant !! 
À fortement déconseillée aux dos fragiles...


Et c'est dans le prochain post.




Messages  précédents Messages suivants Accueil

vendredi 2 septembre 2011

Cap sur l'outback


Présentation du road trip :


Nous voilà donc partis pour ce long périple sur la "Stuart Highway" qui rejoint Darwin, plein Nord, à Adelaide, plein Sud, via Alice Springs et le Centre Rouge (Red Centre). 
Distance par la route entre Darwin et "Ayers Rock" : 1852 km. "Ayers Rock" est le nom anglais de ce fameux rocher. Rendons lui son nom aborigène, plus poétique, d' Uluru. Donc je disais 1852 km jusqu'à ce rocher. Tout ça pour un rocher... Il a intérêt à en valoir le coup ! 1852 km à travers le bush australien, c'est-à dire dans des contrées semi désertiques. 
Nous irons ce soir là jusqu'à "Pine Creek", où on trouve un emplacement avec... piscine ! La petite dame de l'accueil reconnait mon accent, bizarre. Et moi je reconnais son T-shirt Quechua, vive le sport. Il y en a beaucoup de jeunes français en Australie, avec le visa Working Holiday !

Que de longues lignes droites et désertes... :


Le lendemain, 600 km nous attendent. Alors on roule, on roule, on roule quoi. Sans rencontrer âme qui vive pendant 20, 30 minutes. 




La route n'est rapidement plus bordée que de petits arbres chétifs, le soleil est brûlant, le ciel sans nuage, et rien à l'horizon, quand on voit l'horizon ! 





Seule la vue des cadavres des animaux tués par les véhicules nous tire de cette monotonie. Il est à noter que les kangourous paient un lourd tribu à la circulation routière ! Il suffirait d'abaisser la vitesse à 90 km/h pour réduire cette mortalité.


Et les "road train" qui nous croisent à toute allure. Ils sont énormes. Camions style américain qui se trimbalent avec 3 ou 4 remorques. C'est principalement eux qui tuent les kangourous de nuit (y'a qu'à voir leurs pare buffles) !... 




Pour ce qui nous concerne, on s'abstiendra de rouler de nuit pendant notre séjour. On ne s'en remettrait pas de tuer un animal !


Quelques curiosités dans cette immensité :


Mataranka Hot Springs :


Mais cette route, heureusement va nous apporter de belles surprises : premier arrêt aux Mataranka Hot Springs, véritable oasis en plein désert. Un petit sentier serpente au milieu d'une belle forêt tropicale et nous mène à une superbe piscine naturelle entourée de palmiers, bien ombragée. Et l'eau est à 37 °C ! 
C'est délicieux d'y plonger après une matinée pleine de kilomètres !! Un délice, nous sommes entourés de papis et mamies. Pas fous les retraités !



Un petit pique-nique à l'ombre. Nous on est al dente ! Il fait encore bien chaud et nous continuons sur la "Stuart Highway". Nous bénissons l'inventeur du régulateur de vitesse : la route est toujours droite et on ne double jamais personne ! Les enfants sont cools, ils jouent : peluches, vétérinaires et une fois n'est pas coutume DS illimitée !

Daly Waters :


On s'arrête à "Daly Waters", où trône soi disant le plus vieux pub d'Australie. Et c'est le premier endroit qui nous fait sentir cette ambiance outback. On tombe sur des endroits et des gens de plus en plus loufoques ! "Daly Waters" où les touristes laissent la marque de leur passage dans ce trou perdu au milieu de nulle part. C'est excellent ! La petite glace qu'on s'offre en plein désert est bien bonne aussi !
Voici le "Daly Waters Pub" qui se visite. Véritable musée d'objets et de souvenirs les plus hétéroclites possibles, que les voyageurs ont laissé à leur passage : billets de banque, cartes de visites, cartes d'étudiant, Tee-shirts, slips et soutien-gorges entre autres... Les enfants sont pliés de rire ! 





Newcastle Waters :


On continue notre route jusqu'à un village fantôme en plein bush : "Newcastle Waters". Une piste mène à une "cattle station", les stations de bétail. Les colons se sont installés pour l'élevage dans ces sites complètement isolés de tout. Quelle vie incroyable et quel courage pour vivre ici ! 




On décide de faire un campement sauvage, tout seuls. Et la soirée sera magnifique : on est tout près d'une mare et les oiseaux sont superbes, le coucher de soleil rougeoyant, le ciel d'une pureté incroyable, qu'est-ce qu'on est bien !





Un campement de rêve. On commence à sentir le frais de la nuit dans le désert. On a même sorti les couettes ! 
Les matins sont radieux ici. Le soleil donne des couleurs vraiment somptueuses à la terre rouge. On adopte un rythme circadien proche de celui des poules quand on vit au milieu de la nature : on se couche tôt ce qui nous permet d'être réveillés à l'aube et de contempler les somptueux levers de soleil.







Devil's Marble :


On se remet en route. Courage ! 
On s'arrête devant l'une des curiosités naturelles le long de la route : les Devil's Marble ou les billes du diable, sacrées pour les Aborigènes qui y voient des oeufs de serpent... L'endroit est superbe, ces rochers rouges magnifiques !







Et on retrouve les road-house en plein désert : ce sont des stations service+motel+camping, du multi services tous les 100 à 150 km. Entre il n'y a RIEN, d'autre que de la route droite et monotone !


Nous approchons doucement d'Alice Springs

Barrow Creek :


Juste avant de s'arrêter pour la nuit au camping d'Aileron, on passe à Barrow Creek, ancienne station de télégraphie :



À Barrow Creek, on voit les premiers Aborigènes depuis Darwin attablés dans le bar. Leur situation paraît bien sordide : ils paraissent désœuvrés, bien alcoolisés (des dizaines de cadavres de canettes de bières jonchent leur table et les poubelles autour d'eux, table de station service où ils ont eut l'air de passer la journée).
D'ailleurs ces cadavres de bouteilles couvrent par endroit les bas côtés de la highway sur des dizaines de km. Je me demande si certains, en verre, ne sont pas responsables de certains départs de feux en bord de route, de plus en plus fréquents :



Aileron :


On s'arrêtera le soir à Aileron, road-house avec deux immenses sculptures d'aborigènes hommes et femmes. 
Devant le camping d'Aileron, un groupe d'Aborigènes semble dormir dans leurs voitures, traîner au bord de la route. C'est triste mais nous y étions préparés car malheureusement en Nouvelle Calédonie la même situation existe pour certains kanaks.




Donc la camping d'Aileron  :



Là encore, un fois de plus le spectacle du coucher et lever de soleil ne lasse pas de nous émerveiller. Nous sommes tellement habitués à ce phénomène tous les jours renouvelés que nous n'y portons plus d'attention particulière dans notre vie quotidienne. 
Et pourtant...






Wycliff Well :


On passe à Wycliff Well, "The place" où les extra terrestres aurait manifesté leur présence, pas croyable. C'est la course aux chalands...


Tropic of Capricorn :


Puis nous passons la ligne imaginaire du Tropique du Capricorne. Magique. Nous n'aurions jamais pensé à la franchir quelques années en arrière. La vie réserve de bonnes surprises.





Alice Springs :


Et c'est enfin l'arrivée sur "Alice Springs" à la mi-journée, étape de ce voyage. Nous y referons le plein de nourriture avant de repartir vers l'ouest. Pas facile puisque l'on est un dimanche (le 04 septembre) et que tous les commerces ne sont pas ouvert. 


Le désormais attendu (oui ?) résumé vidéo de ce road trip :


Cap dorénavant sur "Uluru National Park". Encore 450 km à parcourir. 

À bientôt donc à Uluru. Que nous avons vu. Qui l'eut cru ? Sûrement pas n(o)us.





Messages  précédents Messages suivants Accueil