Messages  précédents Messages suivants Accueil

lundi 21 mai 2012

Et en entrée, un peu de désert ?

Pour se repérer :


Tout d'abord, une petite carte pour situer notre second périple australien :



Afficher Australie du sud - 2012 sur une carte plus grande


Nous prenons donc possession du camping-car, catégorie grand luxe. Et oui, nous changeons de gamme après le van de Nouvelle-Zélande_ non pas qu'on soit plus riches_ mais c'est la saison creuse, style la Toussaint en France, et à part des seniors actifs, on ne croisera pas grand monde pendant ces vacances. Du coup les prix sont adaptés à notre budget routard, YOUPI. Je ne vous explique pas la joie des enfants en prenant possession de LA bête.

Méga confort, méga place. Bon un peu encombrant certes mais le moteur Ford diesel nous assure un bon 90 km / heure sans trop consommer, même dans les côtes (ah ah ah, ce n'est pas le nombre de côtes en Australie !!). Vu le prix du carburant ici, c'est une bonne chose même si le diesel est plus taxé que le sans plomb : jusqu'à 1,86 $ le litre soit 1.64 €. On n'atteint pas les records des prix à la pompe dans le Parc Uluru ( 2,29 $ le litre soit environ 2 €) mais tout de même.
Mais c'est surtout la liberté d'aller où on veut et de s'arrêter quand on veut. Ici c'est le paradis pour les bivouacs. 


Saint-Kilda :


D'ailleurs pour notre première nuit en pleine nature, nous nous arrêterons à Saint-Kilda, au Nord d'Adelaide, à côté d'une méga géniale aire de jeux avec vue sur la lagune, un coucher de soleil à couper le souffle, et une colonie de cygnes noirs dont les silhouettes se découpent sur l'eau : instant magique, c'est tellement beau !





Dans la série inventons des mots comme Ségolène, voici le moment de "contemplétude". comprenez contemplation et plénitude, contemplation et béatitude. 
Que la Terre est belle ! 
"Il y a tellement de beautés dans le monde que c'en est pratiquement insoutenable". Alors protégeons le de nos destructions avides.


Mount Remarkable National Park :


Pour commencer nos vacances, et par là même ce récit, et bien nous étions d'accord pour un peu de désert. 
Désert réchauffé par les ardents rayons du soleil automnal, alléchant par ses couleurs bleu, rouge éclatantes, nous enivrant à l'avance par son immensité... Nous aimons ces vastes étendues à l'infini, le ciel bleu sombre écrasant sans nuages, la terre rouge et poussiéreuse... C'est grisant et exaltant de se sentir si petits, de deviner des traces de vie malgré la sécheresse. 
Nous nous dirigeons plein Nord en quittant la banlieue d'Adelaide et déjà à une centaine de kilomètres l’aridité est terrible. Nous sommes bien sur le pays continent le plus sec au monde, à part l’Antarctique leader en ce domaine, Antarctique dont l'Australie est un morceau en dérive (cf. théorie de la tectonique des plaques de Wegener). 
C'est stupéfiant... La végétation consiste en quelques rases touffes d'herbes par ci par là. Heureusement le soleil ne tape pas trop fort... On n'ose pas imaginer la situation en été... 
D'ailleurs, il arrive épisodiquement que des aventuriers n'ayant pas assez pris leurs précautions trouvent la mort dans les contrées désertiques isolées du centre du pays.
Premier arrêt au "Mont Remarkable National Park", où nous tombons nez à nez, tout émus, avec des émeus !!! Génial, magnifique, nos premiers gros animaux australiens en vrai, libres, dans leur milieu naturel ! Ils se dandinent et passent juste à côté de nous. Bon on vous l'accorde ce n'est pas un animal super mignon. Mais il a un certain charme, un regard vif malgré tout. 
On est enchantés quand on aperçoit un kookabura, magnifique oiseau au chant si particulier et des gallahs (perruches avec une gorge rose). La chance est avec nous !






Le parc est superbe : des eucalyptus géants, des rochers rouges, des gorges. On retrouve avec bonheur l'ambiance désertique que l'on avait tant aimé lors de notre précédent voyage...

On décide d'attaquer une petite randonnée vers un Lookout. On aime bien les lookout nous, mais c'est qu'il fait chaud et c'est que ça monte dur, mais ouah en haut de la colline, la vue est très belle, la forêt, le bush jusqu'à la mer...







Le camping du parc nous permet de prendre une douche bien appréciée après la chaleur et la poussière.  On trouve un bivouac sur un parking en pleine nature. Le coucher du soleil est encore une fois à la hauteur de nos espérances. La lumière est absolument fantastique et c'est ravis de cette journée que vite on s'en remettra aux douceurs de Morphée (bon on a mangé bien sûr, on a joué à Uno et tout et tout !).


Flinders Ranges :


Le lendemain nous poursuivons la route vers le Nord et plus particulièrement vers la chaîne de montagne des "Flinders Ranges", que l'on commence à apercevoir au loin. 
Le désert est omniprésent. Quelques rares ruines d'anciennes maisons de colons, abandonnées, rythment le paysage monotone. Quelques moutons plutôt anorexiques que boulimiques vu que l'herbe au sortir de l'été n'est plus que l'ombre d'elle même sauf qu'il n'y a pas d'ombre !!







C'est incroyable de sécheresse, mais l'arrivée aux "Flinders Ranges" est superbe ! A nous l'Outback (mallee) !
On s'installe au "Resort" : le "Wilpena Campgroung". Et oui c'est comme ça qu'ils appellent leurs stations de vacances en plein désert. On se balade dans les alentours, sous le couvert des arbres, émerveillés par tous les chants d'oiseaux. C'est beau. On en aperçoit, mignonne  petite "parrot" :



Au vu du nombre de sites disponibles, on imagine la foule qui doit se presser ici à la haute saison. Ce doit être l'horreur ! Mais nous, dans le silence du camping quasi désert, des émeus et des kangourous se laissent approcher. À distance raisonnable, bien évidemment !



Le coucher de soleil est prometteur car dès 5h le ciel s'embrase et éclaire la montagne :



Et une soirée qui se respecte dans le mallee ne peut se dérouler sans feu de camp avec grillades et marshmallows. Ces derniers sont des habitudes vestiges de nos virées en Amérique du Nord...
Le lendemain matin après une nuit fraîche (3 à 4°C), cap sur une des balades du Parc : "l'Akaroo Rocks Loop Trail" qui doit nous amener devant des peintures rupestres aborigènes
Des points de vue à couper le souffle, l'immensité pour soi tout seul, des animaux partout, le bonheur total !









Et effectivement, on se retrouve en milieu de la boucle devant des peintures aborigènes protégées par des grilles qui ne facilitent pas les prises de vue. On comprend mieux l'utilité des grilles plus loin : des peintures aborigènes sans doute moins précieuses non protégées se retrouvent taguées. Quel manque de respect qui nous laisse sans voix... 
L'Homme ne respecte plus ni son milieu, ni ses semblables. Tellement navrant !



Que dire de ces 2 jours dans l'Outback, dans les "Flinders Ranges" ? Et bien on a adoré. Les couleurs, le ciel, les roches, les animaux, les plantes qui malgré la sécheresse parviennent à survivre. 
La saison était idéale, 25°C la journée, vent frais, par contre froid la nuit (3-4°C) mais on oublie, tellement le ciel étoilé du désert est magique quand tout est noir !

Orroroo surrounds :


On reprend la route en fin d'après-midi, pour contempler encore une fois ces immenses étendues :




Encore une fois un bivouac en pleine nature ce soir là. Enfin pas tout à fait puisque nous atterrissons sur l'arrière d'un parking au bord de la route, face à une colline derrière laquelle le soleil va se coucher, en nous éblouissant de ses derniers rayons. 
Qu'est ce que c'est beau, mais qu'est ce que c'est beau !!!






Voilà donc pour notre début de voyage, somptueux, il faut bien le dire. Le désert australien, l'Outback est vraiment un endroit unique par sa beauté, ses couleurs, son immensité ... Et encore nous n'en avons vu qu'une infime partie. Pourtant nous ne sommes pas prêts de l'oublier ! 
Prochaine étape, descente vers le Sud-Est en direction du plus grand fleuve australien, le Murray... à suivre sur vos écrans très bientôt  !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Messages  précédents Messages suivants Accueil