Messages  précédents Messages suivants Accueil

mercredi 8 février 2012

Nouvelle Zélande : the END

Christchurch :


On reprend donc la route vers Chrischurch que l'on évite par l'est vers Littletown via le tunnel. Vues sur les baies au sud de Christchurch. Somptueux sous les éclaircies :


Arrivée à Christchurch. Installation pour 2 nuits au camping Top 10 sous une pluie battante.  Super une piscine chauffée, une vraie de vrai. Il faut ça, on se pèle ! Avec toboggan !

Le lendemain on va se balader dans la partie de Christchurch qui reste accessible, après le tremblement de terre d'il y a un an. Tout le centre ancien détruit est classé "RED ZONE", barricadé. Les bâtiments y sont à moitié effondrés, les vitres brisées, les trottoirs soulevés... La cathédrale a perdu ses flèches, les maisons anciennes sont soutenues par des échafaudages... 
Impressionnés, on est vraiment sans voix devant ce spectacle désolant d'après séismes, un vrai cataclysme, on n'ose pas imaginer ce qu'ont du ressentir les gens à l'instant précis où la terre a tremblé...
Un nouveau quartier commence à voir le jour sur les anciens décombres. Un savant empilement de conteneurs multicolores où l'activité reprend avec ses cafés, ses magasins ...

Le centre ville de Christchurch ressemblait avant le séisme à un petit morceau d'Angleterre avec ses églises gothiques et ses beaux jardins. Cette architecture monumentale de pierre visait à attirer les classes aisées, projet de l'église d'Angleterre au contraire des autres colonies de Nouvelle Zélande. Écoles privées prestigieuses, parcs arborés raffinés, hôtels particuliers et bâtiments en pierre de style néoclassique caractérise cette cité-jardin. C'était la seule grande ville néo-zélandaise à proposer une architecture historique. Las, le tremblement de terre survenu un an plus tôt à détruit ce centre ville dorénavant interdit d'accès (zone rouge).
Et cet héritage historique n'a que très peu de chance d'être réhabilité : un an après le drame, les autorités en charge du dossier n'avait pas encore réussi à rassembler les fonds nécessaires à la mise en sécurité des bâtiments. Quant à leur reconstruction...

Nous visiterons les Botanic Garden (on adore les jardins vraiment !) : quelques specimens magnifiques et surtout une roseraie extraordinaire :


On pourra visiter le musée du Canterbury que les enfants ont beaucoup aimé. Y est retracée l'histoire de la Nouvelle Zélande depuis les premiers peuples à aujourd'hui. Très chouette.
Toute une expo sur l'Antarctique, et une pièce entière dédiée à l'exposition des milliers de cœurs en tissu multicolores et bariolés que des gens (couturiers à leurs heures perdues) ont envoyé du monde entier à la ville comme messages d'espoir et de soutien après la catastrophe. Magnifique et super original ! 



Christchurch nous aura beaucoup plu, du moins ce qu'il en reste. Mais quel avenir pour cette ville ? A chaque fois que nous lisons les journaux (et oui on est des pros en anglais), c'est pour y constater toutes les difficultés auxquelles se heurtent les victimes et la ville aujourd'hui : qui va payer les dégâts ? Les assurances n'assurent plus (au sens propre) ! 
Faut-il mieux tout détruire et refaire neuf ou reconstruire sur du pas très solide... Et il semble que leur expertise dans les techniques de construction anciennes se soient diluées au fil du temps. 
En tout cas les enfants ont été très marqués et se sont dits qu'ils reviendraient s'ils le pouvaient dans plusieurs années pour voir les changements. 


Sur la vidéo on s'aperçoit plus nettement des dommages occasionnés par le séisme :



Le lendemain, nous rendons (à reculons et la larme à l'œil) notre super van Jucy couleur kiwi : malgré sa consommation à l'américaine, sa vitesse d'escargot, sa taille rikiki, il aura été notre chez nous pendant presque 50 jours. Il nous aura abrités sous la pluie souvent battante, réchauffés du côté de l'Antarctique, préservés lors des tempêtes, il se sera enlisé dans les galets avec sa masse éléphantesque. Mais qu'est ce qu'on aura aimé cette vie nomade ponctuée de rencontres, pleine de surprises et de découvertes. Un bonheur de vivre avec juste ce qu'il faut pour dormir, manger et se déplacer (et lire et jouer) et une sensation infinie de liberté. L'indispensable et seulement l'indispensable. Le reste n'est que délire mercantile et matériel pour nous cacher à nous-même le vide existentiel de nos pauvres vies. Et c'est déjà fini !

Auckland :


Vol annoncé pour Auckland : décollage immédiat sous le soleil. Quelle ironie après tant de jours de pluies. Mais oui quand on part, c'est souvent comme ça !  La vue sur Christchurch et la mer est éblouissante. 
Très rapidement on atterrit à Auckland où nous resterons 2 jours et 3 nuits dans un appart hôtel en ville, ouah !!! 2 lits King size, un canapé, de la moquette moelleuse sous les pieds, une méga salle de bains, et des toilettes, quel luxe !! Passer de 4 à 20 m² c'est délirant ! De vrais coqs en pâte !

C'est parti pour la visite d'Auckland city, deux belles et chaudes journées à vagabonder dans le centre : Queen street (LA rue touristique et commerciale), Auckland harbour, Auckland Tower, les quais, les parks, l'université, bref d'agréables balades urbaines !







Auckland est la plus grande et la plus peuplée des villes de Nouvelle Zélande. Située au nord de la Nouvelle Zélande, elle fut la première capitale avant Wellington choisie ultérieurement puisque mieux centrée.  Une ville dont l'agencement est proche de celui de Sydney et avec des monuments symboles identiques : "Auckland Tower", "Auckland Harbour Bridge". Manque plus que l'Opéra... 
Une ville cependant moins agréable et moins harmonieuse que son modèle avec des parcs plus éloignés de la baie et du centre ville. 
On reste éloigné de la magie, de la beauté spectaculaire et du bien-être que l'on avait ressentis à Sydney. 
Une ville maritime avec une particularité : deux ports sur l'Océan Pacifique Sud et la Mer de Tasman.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Messages  précédents Messages suivants Accueil