Messages  précédents Messages suivants Accueil

lundi 20 août 2007

Québec : "Je me souviens"


Village Huron de Québec :


Nous voici donc sur le chemin du retour vers Montréal.
Dernière étape avant la capitale québécoise, dans les faubourgs de Québec, le site traditionnel huron dans la réserve indienne des Hurons-Wendat
Même si nous avons la très nette sensation d'avoir revêtu le rôle de voyeurs, surtout dans devant ces parodies de danse traditionnelles ou cérémonies de partage de calumets vidées de toute substance, cette expérience est l'occasion d'apprendre quelques unes des facettes de la vie et de l'histoire des Hurons. Cette dénomination leur a été donnée par les colons français vis-à vis de leur coiffe qui n'est pas sans rappeler la hure des sangliers.



Ce "Village-des-Hurons" ou Wendake est occupé par les descendants des quelques Hurons-Wendats catholiques convertis par les Jésuites qui se sont réfugiés là suite à leur défaite contre les Iroquois, lâchés par les français.
Ils vivaient dans des maisons longues à plusieurs familles, bénéficiaient d'un régime matriarcal (l'enfant appartenait au clan de la mère et était éduqué par l'oncle maternel) et les femmes bénéficiaient semble t-il d'une grande liberté sexuelle.






Des représentations de cartes de l'époque laisse entrevoir l'étendue des terres habitées par ce peuple natif avant l'arrivée des colons européens qui comme à leur habitude les ont volés (cf. Aborigènes en Australie, Kanaks en Nouvelle Calédonie ou Maoris en Nouvelle-Zélande). Ce territoire de 880 km² était délimité par la rivière Niagara à l’est, la rivière Sainte-Claire à l’ouest et le lac Érié au sud.



D'autres représentations laissent entrevoir les conditions de vie de l'époque :



Cette visite me laisse un arrière goût de malaise vis-à vis de la responsabilité de nos ancêtres. Mais les enfants ont adoré. Que demande le peuple ?


Biodôme de Montréal :



Ultime étape : Montréal. Avec le cortège de nuisances liées à toutes les grandes villes soient le bruit, la circulation, la pollution. Que nous étions bien en pleine nature...
Pour passer le temps comme lors de notre précédent voyage, nous passerons la journée au biodôme de Montréal. Biodôme qui a pris ses quartiers dans l'ancien vélodrome construit pour les Jeux Olympiques d'été de 1976 avenue Pierre de Coubertin (clin d'œil de circonstance) :



Au sein de ce bâtiment aux lignes architecturales épurées et contemporaines ont été recrées les quatre écosystèmes rencontrés dans les Amériques dans quatre entités distinctes : la forêt tropicale humide, l'Érablière des Laurentides, le Golfe du Saint-Laurent et les régions subpolaires. 
Comme tous les zoos, le concept bien qu'intéressant (mission affichée de partager les connaissances naturelles auprès du plus grand nombre) me gêne pour une raison qui peut paraître insignifiante : les animaux sont captifs. 
À chaque fois, je repense à ce roman de science fiction de Pierre Boulle et ses adaptations cinématographiques : "La Planète des singes" où les rôles sont inversés quant à la suprématie entre les espèces animales. 

Gros problème de ce zoo : l'affluence. Que de bruits !







Mais les enfants ont adoré les activités proposées.



Aéroport Montréal - Dorval :


Et l'heure tant redoutée est arrivée. 
Redoutée puisqu'il nous faut rendre notre voiture de location qui a été je le rappelle redécorée à la pierre par notre cadet. Heureuse coïncidence, au moment où nous la rendons dans les sous sol de l'aéroport de Dorval, une autre voiture de location de la même agence arrive à notre hauteur. Son arrière enfoncé avec le pare choc qui traîne par terre suite à un accrochage détourne l'attention de l'agent qui vérifie l'état de notre propre véhicule. L'éclairage électrique est d'autre part flatteur pour les rayures de carrosserie par rapport à son homologue naturel. Merci la chance !
Redoutée enfin puisque c'est la fin de ce voyage attendu depuis tant d'années et que c'est le retour dans notre région surpeuplée...


Mais c'est décidé, nous reviendrons dès que possible. Et cette fois là nous franchirons du même coup le continent pour visiter l'ouest du Canada avec les Rocheuses dont les paysages grandioses sont à une toute autre échelle semble t-il. 
Déjà que nous étions impressionnés par les paysages de l'est canadien...






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Messages  précédents Messages suivants Accueil